Y'a d'la voix

 

Festival Y a d’ la voix, Dole, 26 et 27 mai

Les choeurs d’opéra, tels les choeurs des tragédies antiques, rythment et relancent les intrigues. Ils apportent une respiration bienvenue dans des œuvres très denses en émotions.

Le Tourdion s’est donc frotté à ces œuvres prestigieuses pour vous en interpréter quelques extraits  aux ambiances contrastées.

1 : Samson et Dalila de Camille Saint Saens / le choeur des Philistins

Avec Faust et Carmen, Samson et Dalila est un des opéras les plus populaires du répertoire français. Composé par Camille Saint Saens en 1877 sur une proposition de Liszt, cette œuvre inspirée par un épisode biblique du Livre des Juges est représentée pour la première fois à Weimar à cette date , puis en 1890 en France. La beauté de cette œuvre est due en partie à une succession de sensualité et de majesté, tandis que religion et séduction se mêlent en une troublante alchimie.

Le peuple hébreu est prisonnier des Philistins. Samson, un jeune guerrier, les pousse à se révolter, à l’abri de son invulnérabilité. La belle Dalila le séduit et découvre que le secret de sa force se trouve dans sa chevelure. Dès lors les Philistins s’emparent de lui, coupent ses cheveux et lui crèvent les yeux . Samson invoque son Dieu qui touché par sa foi sincère le libère et lui rend sa force. Dalila et son peuple sont anéantis.

Le choeur des Philistins est situé dans l’acte 3. Les Philistins se préparent à une fête où l’amour sera célébré et ils saluent l’aube d’une journée consolatrice. Le lyrisme tendre de Saint Saens se déploie dans cette pièce lumineuse et apaisée, une halte dans les tourments de la lutte pour la terre promise.

2: Cavalleria rusticana (La chevalerie des campagnes) de Pietro Mascagni/ le choeur des paysans

C’est un opéra en un acte , l’oeuvre la plus célèbre de Mascagni. Il fut créé en 1890 à Rome et connut un immense succès . C’est un drame de la passion et de la jalousie qui se déroule dans un village sicilien. L’intrigue est simple , brutale , violente. La musique s’inspire de la chanson populaire du sud de l’’Italie.

Le choeur des paysans mêle les hommes et les femmes du village qui dans les champs d’orangers, en ce jour de Pâques, se rapprochent , célèbrent la beauté des femmes et le plaisir des jeux de l’amour et de la séduction.

3: The bartered bride (La fiancée vendue) de Smetana/ Choeur des villageois

La fiancée vendue est un opéra de Bedrich Smetana, sur un livret écrit en langue tchèque . Nous en donnons la version anglaise. Il fut créé en 1866 à Prague et demeure un modèle d’opéra national, dans la veine folklorique. C’est une comédie de moeurs savoureuse et cocasse, où toutes les situations se dénouent favorablement. L’intrigue est celle d’une comédie sentimentale : une jeune fille aime un garçon pauvre mais est promise à un autre plus riche qu’elle n’aime pas. Elle parviendra à berner son promis et l’amour triomphera.

La musique est joyeuse, comme vous allez l’entendre dans ce choeur des villageois, réunis pour danser une polka trépidante. Ces séquences de danse rythment cet opéra qui célébre le bonheur et la joie de vivre.

4 : Don Pasquale de Gaetano Donizetti / Choeur des domestiques

Donizetti , moins connu que ses compatriotes Verdi ou Bellini composa 70 opéras dans la première moitié du 19ème siècle. Son art est considéré comme l’apogée du bel canto.

Don Pasquale est un opéra bouffe en trois actes, qui fut joué le 3 janvier 1843 au théâtre italien de Paris. L’intrigue se déroule à Rome, un vieux grincheux veut se marier avec une jeunette pour priver son neveu de sa fortune, mais les jeunes gens imaginent un stratagème et finalement c’est de lui même qu’il renonce à ce mariage après avoir expérimenté les affres du compagnonnage avec la jeune fille métamorphosée pour l’occasion en redoutable mégère.

Dans ce choeur qui inaugure la scène 3 de l’acte 3, les domestiques se moquent de la situation dans laquelle s’est mis Don pasquale qui vient de découvrir que la patronne, en plus d’être un tyran domestique, lui est infidèle. On entend donc les commérages, les moqueries, les connivences des gens de maison qui commentent les allées et venues d’une maisonnée en émoi .

5 :Nabucco de Giuseppe Verdi /Choeur des Hébreux

Nabucco fut créé en 1842 à la Scala de Milan. Il relate l’épisode biblique de l’esclavage des Juifs à Babylone sous le règne de Nabuchodonosor.

Va pensiero est le chant nostalgique des Hébreux vaincus et prisonniers qui se rappellent avec douleur leur patrie perdue, dont voici les premiers  vers traduits :

Va pensée sur tes ailes dorées

va pose toi sur les pentes, sur les collines

où embaument , tièdes et suaves

Les douces brises du sol natal

O ma patrie si belle et perdue.

Dans ce chant des esclaves, les contemporains de Verdi dès les premières représentations se sont identifiés , Milanais réclamant la liberté de leur pays sous domination autrichienne. C’est donc ainsi qu’il est compris depuis les révolutions du printemps des peuples en 1848 : comme l’appel du peuple italien pour son indépendance, comme un hymne à la liberté et un symbole de l’unification italienne.

Il est très souvent repris et chanté par le public lors des représentations en Italie  et a failli devenir l’hymne national après la 2de guerre mondiale, mais il fut alors considéré qu’un choeur d’esclaves ne pouvait représenter une nation libre.

Alors chantons ensemble Va pensiero 

6 : Le trouvère de Verdi/ choeur des gitans

Cet opéra de Verdi fut représenté à Rome en 1853 . Là aussi une œuvre vite devenue populaire. L’intrigue se situe dans l’Espagne médiévale et relate la vengeance de la gitane Azucena contre le comte de Luna qui a condamné sa mère au bûcher comme sorcière. Le trouvère est le fils du comte enlevé par la gitane pour être l’instrument de sa vengeance . L’amour s’en mêle, un amour entravé par les origines des deux jeunes gens et la rivalité avec le comte. La fin est tragique car les deux amoureux trouvent la mort. Un argument très proche de Roméo et Juliette.

Le choeur des gitans intervient au début de l’acte 2 et rend hommage à la beauté de la Zingarella, la gitane , dans un air très enlevé et plein d’allant très éloigné du caractère tragique de l’intrigue.